Risque de thrombose veineuse

PRINCIPALE SITUATION À RISQUE

Une situation classique de survenue d’une thrombose veineuse est constituée par le ralentissement du flux sanguin dans les veines, consécutif à une immobilisation ou un alitement.

Par exemple, lors d'une opération, plusieurs facteurs de thrombose veineuse sont associés :

  • Les vaisseaux sont lésés lors de l'intervention et la fonction de leur paroi vasculaire est altérée.
  • La coagulation est activée entrainant une production de facteurs de la coagulation.
  • Le flux sanguin est ralenti après l'opération puisque le patient est généralement immobilisé.

C'est pourquoi un retour rapide à la mobilité du patient opéré est très important pour limiter le risque de thrombose veineuse.

FACTEURS DE RISQUES

Lorsque l'on évalue le risque de thrombose veineuse, on distingue plusieurs facteurs de risque :

Les facteurs de risque de base ou persistants liés aux caractéristiques du patient :

  1.      Caractéristiques générales :

    • Age > 75 ans
    • Surpoids
  2.      Antécédents personnels et familiaux :

    • Antécédents personnels ou chez un parent proche de thombose/embolie pulmonaire
    • Maladie de la coagulation (thrombophilie)
    • Cancer
    • Maladies inflammatoires
    • Maladies cardiovasculaires
  3.      Traitements :

    • Traitement hormonal de la ménopause
    • Pilule contraceptive

Les facteurs de risques aigus ou ponctuels résultants d’un évènement :

  • Immobilité (alitement, plâtre, attelle de jambe, paralysie, long voyage)
  • Traumatisme (opération, blessure)
  • Grossesse
  • Pathologies aiguës (infection aiguë, insuffisance cardiaque aiguë…)

FOCUS 

Les varices sont des dilatations permanentes des veines, le plus souvent sur le membre inférieur. La dilatation des veines touchées perturbe l'écoulement unidirectionnel du sang vers le cœur, les valvules n'assurant plus leur fonction anti-reflux. C'est une atteinte de la paroi de la veine. Les varices peuvent entraîner une insuffisance veineuse chronique, c'est-à-dire un trouble de la circulation du sang dans les veines de la jambe. Une thrombose peut se développer suite à ce trouble de la circulation.


POUR EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ SUR LES IMAGES CI-DESSOUS :

Traitement hormonal de la ménopause

Pilule contraceptive

Grossesse

Cancer

Maladies inflammatoires

Maladie cardio-vasculaire

Opération / Blessure

Immobilisation


TRAITEMENT HORMONAL DE LA MÉNOPAUSE

Chez de nombreuses femmes, la ménopause s'accompagne de multiples troubles liés à un déficit hormonal. Lorsque les symptômes sont très marqués, le médecin prescrit souvent des hormones sexuelles féminines, principalement des œstrogènes. Les œstrogènes ont des effets activateurs de la coagulation similaires à ceux de la pilule contraceptive. Le risque de thrombose dépend du type de préparation hormonale, mais davantage de la présence d'autres facteurs de risque, comme des antécédents personnels de thrombose ou de thrombose chez un proche parent. Le traitement hormonal ne sera prescrit qu'après évaluation de l’ensemble des facteurs de risque de thrombose.

 Haut de page

PILULE CONTRACEPTIVE

Les hormones de la pilule, en particulier les oestrogènes, favorisent la coagulation sanguine et renforcent l'adhésivité des plaquettes sanguines, ce qui rend le sang plus visqueux. En outre, la pression relative dans les vaisseaux sanguins et la fonction des parois veineuses sont altérées sous l'effet des oestrogènes. Une thrombose peut alors survenir en cas de maladie ou d'opération. La prise de ce moyen contraceptif hormonal augmente le risque de thrombose lorsqu'elle est associée à d'autres facteurs de risque de thrombose.

 Haut de page

GROSSESSE

Le risque de formation d'un caillot sanguin augmente pendant la grossesse. Le taux hormonal élevé contribue à ce risque de même que l’augmentation de la pression de l’utérus sur les veines du bassin. Des varices peuvent ainsi apparaître pendant la grossesse. C'est principalement pendant les dernières semaines de la grossesse que le risque de thrombose est le plus important.

 Haut de page

CANCER

En cas de tumeur maligne, on observe une augmentation de la coagulation et donc du risque de développement de thrombose veineuse. Les interventions chirurgicales nécessaires au traitement du cancer, la radiothérapie et les traitements médicamenteux contribuent par ailleurs au risque élevé de thrombose, de même que la faiblesse généralisée, associée à une mobilité limitée en cas de cancer avancé.

 Haut de page

MALADIES INFLAMMATOIRES

Les inflammations aiguës graves (par exemple: pneumonie ou infection des voies urinaires) peuvent augmenter le risque de thrombose du fait de plusieurs facteurs :

  • Augmentation du nombre de cellules de l'inflammation dans le sang

  • Augmentation de la coagulation

  • Immobilisation (alitement) des patients concernés

  • Déshydratation due à la fièvre et à des boissons en quantité insuffisante.

 Haut de page

MALADIE CARDIO-VASCULAIRE

Les patients souffrant d’une maladie cardio-vasculaire peuvent être contraints à rester plus souvent assis ou allongés, ce qui entraîne une réduction de la circulation sanguine. C’est le cas par exemple de l’insuffisance cardiaque aiguë.

 Haut de page

OPÉRATION / BLESSURE

La coagulation sanguine est perturbée au cours d’une opération ou d’une fracture pour permettre la cicatrisation. De plus, l'immobilité physique, en post-opératoire, peut rapidement entraîner un risque de thrombose. C'est pourquoi un retour rapide à la mobilité après une opération et/ou une fracture est si important.

 Haut de page

IMMOBILISATION

Chez le sujet sain, les déplacements contribuent à maintenir la circulation sanguine des jambes en direction du coeur. À chaque pas, les muscles du mollet se contractent et jouent le rôle de pompe musculaire pour accélérer le flux de sang quittant la jambe.

  • Plâtre ou attelle

    Le risque de thrombose est connu chez les patients « plâtrés » ou avec attelle dont la circulation sanguine est modifiée par la mise au repos imposée de la jambe et notamment du genou. La circulation n'est pas stoppée par le plâtre, mais elle est considérablement ralentie puisque la pompe musculaire du mollet ne peut pas fonctionner normalement.

  • Alitement

    Lors d’un alitement suite à une pathologie, la circulation sanguine diminue car les muscles du mollet ne sont plus sollicités. C'est pourquoi il est très utile, en cas d'alitement, de faire des cercles avec les pieds ou de plier et d'étendre les jambes : le risque lié à l'alitement peut ainsi être légèrement réduit. Lors d'une inactivité physique prolongée, les muscles se relâchent, ce qui ralentit la circulation du sang et favorise la thrombose. Le sang circule encore plus lentement si la pompe cardiaque ne fonctionne pas correctement.

  • Voyage de longue durée

    Le fait de rester assis pendant quelques heures avec les jambes croisées peut suffire à former une thrombose chez une personne à risque:

    •   Personnes ayant un antécédent de thrombose ou des varices,

    •   Personnes ayant subi une opération importante récente,

    •   Femmes enceintes.

Ce risque est présent principalement lors de trajets prolongés, lorsqu'un siège étroit limite les mouvements des jambes (avion, bus, banquette arrière d'une voiture). Il est important de stimuler la pompe musculaire, en se levant régulièrement pour se dégourdir les jambes, et de boire suffisamment de boissons non-alcoolisées.

 Haut de page